Une bouteille à l’amer

Tu m’as fait un mal de chien
Cadeau d’une petite chienne
Moi qui te croyais chatte
En vraie une psychopathe

J’ai toujours été simple
Ça t’était compliqué…
Mais en plus me culpabiliser
Cela porte un nom, perversité

En détruisant mes envies
Tu m’as rendu si faible
Que j’ai perdu le fil
Faisant face à la mort

L’amour n’est pas pour toi
Des coups par ci par là,
Bien triste et sans émoi
Ah ah ah, sans aucun tralala

Des femmes il y en a, des tas
Aimant vie sans chichi
Avec des envies simples,
De vrais orgasmes aussi.

Un jour tu regretteras
L’homme que je suis
Un vrai un véritable
Aussi gentil qu’aimable

Tu hurleras tes peurs
Mais l’écho de ta voix
Ne rencontrera plus
Que les parois de ma petite vertu

Celle que tu voyais comme un défaut
Quand elle n’est que la base
De l’amour quand il est vrai
Sincère et sans lâcheté

Je te laisse à tes problèmes
Qui seront un jour des regrets
Ils resteront, fidèles, à tes côtés,
Comme les fantômes de mon humanité.

JHJ
18052015

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.