Désir

Sur les rives du désir
Dérive le plaisir
D’une solitude choisie
Affinant mes envies.

Recherchant la sagesse
Arrive la tendresse
D’une femme effigie
Étendue dans mon lit…

De mes dix doigts habiles,
Tu te fais plus fébrile,
Sensible à la caresse
Subtile sur tes fesses.

Univers de la courbe,
Elles se cabrent, naturelles,
Pour offrir à ma vue
Quelques poils rebelles.

Pointe au petit jour l’excitation
De cette lune coquine
En quête d’une quéquette,
Goguenarde et taquine.

Simple flux du désir,
Ecartelée de plaisir,
L’humidité de ton intimité
Remonte à la surface…

Alors mon pic à glace,
Un brin agacé de saveurs épicées,
Vient se fourrer, salace,
Là où tu ne l’y attendais…

Tu râles,
Tu cries,
Tu ris,
Tu gémis,

« Ma putain, que c’est bon de te la mettre profond ! »
« Continue mon salaud fais moi monter les eaux »
Tu te cabres, tu jouis, je te mords, tu adores…
Encore et encore, tu me demandes alors…

Ton sexe n’est plus qu’une large flaque,
Véritable cloaque où ma queue chaude et drue,
Variant les angles d’attaque va et vient, élégiaque
Et se rue, picador et te tue Mi amor…

J’adore.

210307

Précédent / Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.