P’tite bête

Le cloporte colporte
Ses mille pattes poilues
Sur le mur, sous la porte,
Recherchant une issue.

En chemin, il croise le fer
Du fil de l’araignée, tendu
Avec, au bout, la luisante Sissi,
Mad’moiselle bronzant nue.

Oh la, jeune donzelle,
Que fais tu ainsi dévêtue
Apostrophe le cloporte,
Debout sur la margelle.

Je file du coton,
D’une grande qualité,
Car s’il était mauvais,
Il ne me retiendrait…

Oh ! Si haut que les étoiles,
Accrochées à ma toile
Qui te sont destinées
Mon petit chou pommé

Cette déclaration, d’amour,
C’est nue que je te la fais, Cloclo,
Pour te montrer, toujours,
Je n’ai rien à te cacher, ti amo.

Rejoins moi,
Mon roi,
Dans mon lit,
Ici,

Et serre moi contre toi
Fort, si fort, aussi fort
Que tu le peux…
Morbleu !

250507

Précédent / Suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.